Les troubles du comportement alimentaire (TCA) : mise en lien avec la douance

Touchant 600 000 jeunes en france, les troubles du comportement alimentaire (TCA), sont la seconde cause de mortalité chez les jeunes de 15 à 24 ans, après les accidents de la route, selon l’AAB-Ouest, avec un taux de mortalité 12 fois plus élevé que leur classe d’âge, 20% des anorexiques et 35% des boulimiques en venant même aux tentatives de suicide. Les TCA touchent quatre fois plus les femmes que les hommes, selon l’ABA.

Selon le DSM-5, la cinquième édition du Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux de l’Association Américaine de Psychiatrie (2013), on retrouve plusieurs types de ces troubles de la conduite alimentaire, qui impactent quotidiennement le style de vie des patients :

-l’anorexie , ou anorexia nervosa, qui se traduit par un régime alimentaire restrictif, et s’accompagne souvent d’une perception erronée du corps, qui s’appelle dysmorphophobie.
-Le trouble de restriction ou évitement de l’ingestion des aliments (ARFID, Avoidant and Restrictive Food Intake Disorder) : de nature restrictive comme l’anorexie, il ne se base cependant pas sur une fixation sur l’apparence, la silhouette, ou encore la peur de prendre du poids. L’ARFID apparaît au cours de l’enfance, et, associant certains types d’aliments et de textures à des expériences traumatiques, provoque une peur de manger, qui a terme, peut se transformer en anorexie ou en boulimie une fois aux portes de l’adolescence.
-la boulimie, ou bulimia nervosa, s’exprime par des épisodes incontrôlables d’assimilations de quantités excessives de nourriture, qui s’ensuivent de fortes vagues de culpabilité, si bien que la personne atteinte aura recours à des techniques d’élimination des aliments consommés, comme le vomissement forcé, ou encore les laxatifs.
-l’hyperphagie boulimique, aussi appelée Binge-Eating Disorder, se traduit, comme la boulimie, par des crises de « binge eating », mais sans élimination des aliments assimilés. L’hyperphagie mène à une prise de poids, néfaste pour la santé à la fois physique et mentale de la personne affectée par ce trouble.
-Les troubles du comportement alimentaire non spécifiés, ou OSFED, qui rassemblent et combinent certaines caractéristiques des troubles mentionnés ci-dessus, sans permettre un diagnostic précis dans une de ces catégories. Ils comprennent par exemple les syndromes d’anorexie atypique, de boulimie atypique ainsi que d’hyperphagie atypique (épisodes hyperphagiques à fréquence inférieure à une fois par semaine), le «purging syndrom », qui consiste en des comportements purgatifs sans épisodes hyperphagiques, ainsi que le « Night eating Syndrom », qui s’exprime par la manifestation de crises boulimiques exclusivement nocturnes, ou du moins, après le dîner.
-Autres troubles de la conduite alimentaire : pica sydrom (assimilation de substances non nutritives, comme par exemple la glace), rumination disorder (régurgitation et réassimilation d’aliments).

Certains troubles ne sont pas officiellement répertoriés au DSM-5, comme par exemple l’anorexia athletica, caractérisée par une hyperactivité sportive prononcée, et l’orthorexie, l’intolérance à la consommation de certains aliments considérés par le patient comme « mauvais ».

Schéma propriété de l’association CAPU

Comment reconnaître si un tiers est victime d’un de ces troubles, ou comment savoir si l’on s’engage soi-même sur cette pente glissante ? Même si la liste qui suit n’a de valeur ni exhaustive, ni canonique, certains signes ou symptômes sont reconnaissables au quotidien :

Dessin propriété de l’association CAPU

Si le débat est permis sur les signes extérieurs des manifestations de TCA, il est indéniable que ces derniers impactent fortement le physique comme le psychismes des malades. Ci-dessous, vous trouverez des tableaux récapitulatifs des principaux troubles, leurs symptômes les plus courants, ainsi que leur impact sur le corps et l’esprit humains :

Tableaux propriété de l’association CAPU : en vert, les TCA de nature restrictive, en saumon, de nature compulsive/ingestion incontrôlée d’aliments, et en rose, autre trouble de la conduite alimentaire non spécifié

Le blog allemand Soulfoodjourney prend l’image de la vie comme «plage », où toutes les expériences que nous cumulons sont à contempler comme des coquillages ramassés sur le sable.

Considérant les TCA également comme des formes d’expériences, il faut s’emparer de ces coquillages collectés, et les tenir contre son oreille, pour écouter ce qu’ils ont à dire et ainsi pouvoir mieux les comprendre, car leur apparition a toujours une raison, plus ou moins occulte.

Il n’y a pas d’explication universelle scientifique exacte à l’apparition de troubles du comportement alimentaire. Les éléments à suivre sont donc de simples hypothèses, ayant pour but de tisser un lien entre les individus à Haut potentiel, et les troubles de la conduite alimentaire.

S’il existe une multitude de profils à haut potentiel, certains développent des traits hypersensibles, hyperesthésiques, en plus de leur puissance de pensée, qui est plus rapide, dotée d’une plus grande acuité que la moyenne. Tous les stimuli perçus de l’extérieur sont vécus d’une manière plus vive, plus criarde, comme un filtre photo qui augmenterait la saturation de chacune des teintes observées. Ces fortes émotions qui suivent la réception plus forte des stimuli, vont être soumises à un traitement cognitif, lui aussi, par définition, plus intense. La pensée en arborescence et l’imagination émotionnel propre à certains haut potentiel joueront le reste, et les émotions induites par ce qui est extérieur à l’individu, prendront des proportions de manière à percevoir l’environnement extérieur comme un système hostile phagocytant toute l’énergie. Cette déstabilisation va mener à une tentative de repli sur soi, due à une certaine fragilité émotionnelle, qui peut se justifier et se matérialiser ensuite par :

-une recherche identitaire désespérée, où le HP va vouloir « creuser » pour partir à la recherche de qui il est vraiment, transformant sa soif d’apprendre, de trouver, et de comprendre, en anorexie mentale.

-une volonté de se protéger, de former une armure par rapport au monde extérieur, au niveau du rempart entre intériorité et extériorité que représente le corps, rendant la voie libre aux compulsions alimentaires, comme retrouvées dans les troubles boulimiques et hyperphagiques

-un mécanisme de punition auto-destructif engendré par une forte exigence par rapport à soi, fréquente chez les individus à haut potentiel : cette honte de soi, de ses actions qui ne sont jamais à la hauteur de l’idéal fixé, se retrouve tant dans les comportements restrictifs comme l’anorexie, où le sujet s’interdira l’ingestion d’aliments, que dans les comportements boulimiques, où le patient se forcera à éliminer par voie purgative les aliments ingérés de manière incontrôlée.

– un besoin de combler un vide affectif, fréquent chez les HP présentant de fortes émotions. Le vide sera comblé par la nourriture, dans le cadre de comportements alimentaires compulsifs (boulimie, hyperphagie boulimique…). Une anorexie affective en quelque sorte, fait donc basculer l’individu dans une boulimie physique, et bien réelle.

-un désir de fuir d’autres problèmes liées à la croissance, au passage à l’âge adulte, à l’incertitude, à l’absolu, à des situations frustrantes. L’incapacité fréquente du HP à gérer les frustrations, mènera au remplacement du désir, du besoin différé par un remplissage alimentaire (compulsions alimentaires). À l’opposé, une sensation de vide, de perte de soi, voire d’autres troubles psychiques telles que la dépression, mèneront à la somatisation de ces formes de mal-être en comportements restrictifs, qui permettront au patient d’entretenir une forme de déni face à son état psychique, tout en servant d’écran aux véritables problèmes de l’individu qui auront tendance à se dissimuler derrière les TCA. On peut également voir dans la manifestation de TCA la volonté d’alerter, de signifier à son entourage que l’on expérimente un mal-être que l’on arrive ni à formuler, ni à repérer d’un point de vue extérieur.

-un désir de se donner de nouveaux challenges, du grain à moudre : le HP est assoiffé de challenge, d’huile, d’essence pour son moteur de Porsche qu’est son cerveau hyperconnecté. Sans assez de nourriture intellectuelle, ce qui revient pendant les périodes de vacances par exemple, ce « moteur » tournera à vide. Le HP aura ainsi tendance à trouver dans le plaisir de la faim, un nouveau défi en repoussant son corps dans ces derniers retranchements, une preuve qu’il est capable de contrôler son corps, son esprit, en bref, son existence. L’anorexie par exemple deviendra, comme la cigarette, une addiction, et, comme nous avons pu le voir dans des articles précédents, certains profils HP sont particulièrement pré-disposés à en développer. Un désert, une « anorexie » intellectuelle, sera donc capable de provoquer la manifestation d’une anorexie mentale.

-une volonté de renouer avec son corps. Les profils HP ont tendance à penser, réfléchir en permanence, quitte à sombrer dans un engrenage d’hyperintellectualisation des émotions, de tout stimulus perçu. Déconnecté de son corps, les turbines de l’esprit tournant à plein rythme, le HP perdra de plus en plus l’équilibre. Se réfugier dans des troubles de la conduite alimentaire sera pour lui l’occasion de renouer avec son enveloppe corporelle, de retracer le lien entre son corps et son esprit. De ressentir son corps à travers la faim, la sensation d’assimilation des aliments en grandes quantités, etc…

Creuser pour atteindre son essence et ainsi la sécurité et la stabilité d’un côté, se cacher derrière la nourriture de l’autre : deux hypothèses métaphoriques du développement des TCA, avec comme dénominateur commun la volonté d’échapper au tumulte apporté par l’extérieur. – Dessin propriété de l’association CAPU

Si les sources des TCA ne sont que supposées et floues, les effets sont bien réels. Pouvant être engendrées dans le cadre de certaines caractéristiques du haut potentiel mal gérées, les TCA diminuent eux l’expression de ce potentiel si précieux, entamant ainsi la danse folle d’un cercle infernal.

Schéma propriété de l’association CAPU

L’apparition des troubles du comportement alimentaire semble ainsi tout d’abord être l’essai maladroit de compenser, de remédier à un mal-être intérieur par rapport auquel le malade semble se sentir impuissant. Il est essentiel de savoir que le recours à des comportements qui importent sévèrement les performances physiques, intellectuelles, comme psychiques à long terme ne sont PAS la solution. Pour renouer avec son corps, il existe par exemple des méthodes telles que la méditation en pleine conscience, que nous proposons également dans le cadre de l’association CAPU. Les désirs de se protéger peuvent être satisfaits par des outils tels que la déconnection régulière d’outils électroniques/réseaux sociaux, le repos, la pratique d’activités ressourçantes, à la fois pour le corps et l’esprit. Bien sûr, ces méthodes ne sont pas des solutions-miracle, et dans certains cas, le recours à des séjours en milieu hospitalier sur une durée prolongée n’est pas à exclure, chaque patient nécessitant un traitement qui lui est adapté.

La clef du combat contre les TCA, est donc d’apprendre à se connaître soi-même, d’apprendre à identifier ses besoins et les outils disponibles pour définir une balance assainie entre intériorité et extériorité.

À toutes les personnes atteintes par ces troubles et à leur entourage, nous leur souhaitons tout le courage du monde sur le chemin de la guérison, nous croyons en vous !!!

Sources :

Association Boulimie-Anorexie (ABA), article « Les troubles du comportement alimentaire – Généralités »: https://boulimie-anorexie.ch/les-troubles-du-comportement-alimentaire/generalites

Association Anorexie-Boulimie-Ouest (AAB-Ouest) : Association Anorexie Boulimie Ouest

Médecin direct (Conseils santé – Nutrition) : https://www.medecindirect.fr/20190507-trouble-comportement-alimentaire/

Regards pluriels sur le Haut Potentiel, article de Florence Bierlaire, « Les personnes à haut potentiel : une sensibilité qui ouvre la porte aux addictions alimentaires ? » : https://regards-pluriels-haut-potentiel.com/personnes-a-haut-potentiel-sensibilite-ouvre-porte-aux-addictions-alimentaires/

National Eating Disorder Information Centre (NEDIC), « Other Specified Feeding or Eating Disorders » : https://nedic.ca/eating-disorders-treatment/other-specified-feeding-or-eating-disorder/

Douance.be asbl, article « Douance et troubles alimentaires » : http://douance.be/douance-troubles-tca.htm

Soul Food Journey : http://Soulfoodjourney.de

Laisser un commentaire