À propos

Notre histoire 

Notre projet associatif est né de l’impuissance des jeunes précoces et de leurs familles face à une différence trop peu reconnue et qui devient mal-être.

Le nom de notre association vient du prénom de Capucine, une jeune précoce hypersensible de 18 ans qui a mis fin à ses jours le 5 novembre 2018. Son acte a été le déclencheur de la mise en place de notre projet associatif. Capucine était souriante, généreuse, rayonnante, intelligente, serviable, rien ne laissait entrevoir la souffrance qu’elle traversait intérieurement. Sa bonté et sa personnalité pétillante ne laissaient personne indifférent, et pourtant, elle était différente. Elle n’a pas eu la chance de pouvoir identifier, verbaliser, extérioriser cette différence, parce que la précocité est un sujet dont on parle encore relativement peu. C’est en hommage à elle et à sa richesse et sa grandeur d’âme, que nous nous sommes fixé comme objectif d’aider toutes les pépites, qui, comme elle, tâtonnent dans l’apprivoisement de cette différence qui les rend si uniques et incroyables.image1.jpeg

Pour le logo, nous avons choisi l’image du caméléon, cet animal qui ne cesse de s’adapter pour se fondre dans la masse, flexibilité qui est induite par la peur. La peur d’être exclu à cause de son ressenti, de sa différence, la peur d’être un poids, la peur d’être rejeté. Nous souhaitons que les jeunes précoces cessent d’avoir peur, cessent d’intérioriser cette différence qui finit par les ronger, et qu’ils en parlent, qu’ils soient fiers. Nous souhaitons qu’il n’y ait plus de fierté à ne pas demander de l’aide. Vous pouvez retrouver tous les aspects des missions que nous nous sommes fixées dans le paragraphe suivant, qui résume nos objectifs.

 

IMG_3998.jpg

Nos objectifs : accueillir, sensibiliser, accompagner, partager

L’association CAPU est tout d’abord une association PAR des HP, et POUR des Hp. Elle se fixe comme objectifs de :

A. Accueillir et soutenir les jeunes précoces en difficulté ainsi que leurs familles

Pourquoi ?

Pour remédier à un manque d’accompagnement dans le cadre des difficultés engendrées par la précocité intellectuelle, pour le jeune comme pour ses parents.

Comment ?

1.Par des groupes de témoignage et de partage, confidentiels et par tranche d’âge, pour les jeunes comme pour les parents.

2.Par des sorties culturelles, des ateliers créatifs et des moments conviviaux tels que des pique-niques, dîners, pour rappeler aux HPI qu’ils ne sont pas seuls dans leur différence.

3. Sur la longue durée, créer une structure d’accueil plus complète, qui portera le nom de « La Maison de Capu ».

4. Par l’installation d’une ligne téléphonique en cas de besoin de soutien à distance urgent.

B. Sensibiliser au sujet de la précocité intellectuelle et de l’hypersensibilité

Pourquoi ?

Parce que la précocité intellectuelle reste mal diagnostiquée, et est une notion encore trop floue.

Comment ?

1.Par des conférences en milieu scolaire et un blog, via le site internet de l’association et/ou sa page Facebook. Des topos sont également prévus dans le cadre de l’association.

2. Agir dans une dynamique de prévention du mal-être et du suicide chez les jeunes. Pourquoi en effet donne-t-on en milieu scolaire des conférences sur la drogue, l’alcool, les infections sexuellement transmissibles, mais pas sur la santé mentale et le danger des pulsions et comportements suicidaires ?

3. Sensibiliser non seulement les jeunes et leurs parents, mais aussi les pouvoirs publics, afin que la précocité soit davantage reconnue et prise en charge.

C. Orienter les HPI vers des soins adaptés à leur état et leurs besoins 

Pourquoi ?

Parce que les méthodes de gestion de la précocité restent très onéreuses, peu connues et peu accessibles, et que là encore, les jeunes et leurs familles sont laissés dans le flou le plus total et ignorent à qui s’adresser.

Comment ?

1. En proposant un pool d’adresses de psychologues et patriciens adaptés, en attendant l’intégration de psychologues et d’autres experts à la structure associative.

2. Par la proposition d’ateliers de gestion mentale et de méditation en pleine conscience dans le cadre de l’association.

3. En donnant des outils concrets au jeune HPI pour gérer sa différence et en faire ressortir le meilleur.

4. Par une aide financière à partir du fonds associatif, pour les familles n’étant pas capables de payer les différents soins relatifs au HPI.

 

Ce que nous proposons concrètement : 

menu asso.jpg